50 matches de légende : Paris danse à Marseille

Dans le cadre du 50e anniversaire du club de la capitale, PSG.FR vous propose de revivre quelques-uns des plus grands matches de l’histoire du Paris Saint-Germain. Aujourd’hui, on revient sur le jour où les Parisiens ont dansé et fait danser les Marseillais au Vélodrome, avec un Ronaldinho magistral en chef d’orchestre !

Le Paris Saint-Germain vit une saison compliquée sur le plan sportif, et les supporters attendant beaucoup de cette rencontre au Stade Vélodrome, comptant pour la 30e journée du championnat.

Vainqueur à deux reprises face au rival marseillais cette saison, au match aller en championnat (3-0) et en Coupe de France (2-1 a.p.), le club de la capitale veut ainsi faire la passe de trois et embellir son exercice 2002-2003.

/media/120882/pap-1-ompsg-03.jpg

Près de 56 000 spectateurs viennent assister au spectacle. Les Rouge et Bleu, extrêmement motivés, ne se laissent pas impressionner par l’environnement hostile et entament le match tambours battants. Ronaldinho semble très vite dans un grand soir et conduit à sa guise le jeu parisien, multipliant les prouesses techniques et les numéros de soliste, malgré le traitement de choc qui lui est réservé par le duo Hemdani – Celestini.

Jérôme Leroy profite alors des espaces pour se rappeler au bon souvenir de ses anciens coéquipiers : sa frappe tendue dans un angle impossible, à plus de 25 mètres du but de Runje, fait taire une première fois le Vélodrome (0-1, 28e). Ronaldinho met ensuite un terme définitif aux espoirs de tout un stade, en interceptant une passe mal ajustée de Franck Leboeuf. Le meneur du Paris Saint-Germain se lance alors dans une chevauchée fantastique, résiste au retour désespéré et conjugué de van Buyten et Leboeuf avant de tromper Runje, d’une subtile balle piquée (0-2, 56e).

/media/120884/pap-3-ompsg-03.jpg

Jérôme Leroy touche ensuite du bois sur une tentative de lob pleine d’audace (70e). La soirée est sinistre pour les Marseillais, et un nouvel exploit de Ronnie les plonge dans un mutisme profond, teinté d’admiration. Parti de son camp sur le côté droit, le Brésilien se joue d’Hemdani, élimine Runje avant de frapper tranquillement le ballon du plat du pied vers la cage désertée par l’infortuné gardien de but olympien. Leroy, qui suit l’action depuis le début, pousse le cuir dans le but vide (3-0, 83e).

Le match se termine dans une ambiance surréaliste, rythmée par les chants des supporters du club de la capitale et la musique techno assourdissante diffusée par les enceintes géantes du virage sud marseillais. La fête est totale côté parisien, quinze ans après le dernier succès rouge et bleu sur la Canebière, datant de 1988.

/media/120883/pap-2-ompsg-03.jpg

OLYMPIQUE DE MARSEILLE – PARIS SAINT-GERMAIN : 0-3 (0-2)
Ligue 1 – 30e journée
Dimanche 9 mars 2003 – Stade Vélodrome (Marseille)
Arbitre : M. Layec.
Buts : Leroy (28e, 83e) et Ronaldinho (56e).
MARSEILLE : Runje – van Buyten, Leboeuf (c), Ecker – Meïté (Sytchev, 61e), Hemdani, Celestini, Dos Santos – Fernandão (Johansen, 10e) – Bakayoko, Sakho. Entraîneur : Alain Perrin.
PARIS SAINT-GERMAIN : Alonzo – Potillon, Pochettino (c), Heinze – Cristobal, Leroy, Déhu, Pédron (Rocchi, 80e), Paulo César (Llacer, 73e) – Ronaldinho – Ogbeche (Fiorèse, 46e). Entraîneur : Luis Fernandez.

 

Laissez un commentaire